Récits-étonnants.fr

Musique, Révolution
Share |

La musique de cette chanson est née la première : en 1786, Bécourt, violoniste au théâtre Beaujolais composa une joyeuse contredanse qu'il intitula Le Carillon national. La reine Marie-Antoinette adorait cet air qu'elle jouait souvent sur son clavecin.

Le deuxième acte aura pour cadre le Pont-Neuf. Depuis Mazarin, c'est là qu'on criait les libelles et qu'on chantait des chansons. Chaque niche du pont avait son poète attitré. C'est sûrement sur le Pont-Neuf que commença la Révolution. L'un des chasonniers, un ancien soldat nommé Ladré, y avait ses assises. C'est lui qui agrémenta la contredanse de Bécourt de paroles révolutionnaires. Le titre et le thème du refrain de cette chanson ont été inspirés par un tic de langage de Benjamain Franklin. On se moquait gentiment du grand homme qui, pendant la guerre d'indépendance américaine, ne cessait de répéter machinalement, comme pour se donner du courage : "Ca ira, ça ira !".

La chanson fut chantée au Champs-de-Mars pour la fête de la Fédération, le 14 Juillet 1790, et aussitôt adoptée par les parisiens. Ironie du sort : c'est au milieu de la foule qui braillait cette chanson, dont elle aimait tant la musique, que Marie-Antoinette fut conduite à la guillotine le 16 Octobre 1793.

Retrouvez l'intégralité de ce récit et d'autres récits inédits dans le livre suivant :

Pour tout l'or des mots

Auteur : Claude Gagnière
Reliure : Broché
Editeur : Robert Laffont
Prix Amazon : EUR 26,00
Neuf à partir de EUR 25,40
Occasion à partir de EUR 6,73
     Acheter

L'avis de "Récits-étonnants.fr" :
Présenté sous la forme d'un dictionnaire, ce livre est un mélange de culture et d'humour.
Tout tourne autour des "mots" : citations, étymologie, épitaphes, définitions, personnages célèbres ...
Pour les férus d'anecdotes insolites, de langue française et d'humour. Il est très agréable de le parcourir au hasard et de se cultiver en s'amusant.